Mon troisième accouchement

Troisième accouchement et j’ai réussi à passer à côté de la fissure de ma poche des eaux ! Pourquoi faut-il que les choses ne soient jamais simples avec moi !!!

Jeudi 31 octobre, 19h40 : je suis hospitalisée car j’ai fissuré ma poche. J’en profite donc pour commencer mon article pour vous raconter le début de mon accouchement. J’espère qu’il aura lieu rapidement et surtout qu’il se passera bien !

Mercredi 30 août à 23h55 (oui c’est précis, mais j’ai appelé monsieur d’où l’exactitude) : je suis posée dans mon canapé et je sens un liquide coulé entre mes jambes. Je me lève, ma culotte est effectivement bien mouillée et mon entre-jambes aussi. J’appelle monsieur, qui est dans sa pièce à l’extérieur. On se fait la gueule! L’excitation maximale et les crises des enfants, et notamment de Taïs, auront eu raison de la bienveillance de monsieur (je suis également loin d’être exemplaire en la matière ces derniers temps) et déclenché une dispute. Comme je disais j’appelle monsieur et lui dit que je pense perdre les eaux. J’appelle mes parents mais je leur dis que je ne suis pas sûre car ça ne continue pas de couler et que je les tiens au courant. Je mets une culotte propre et sèche pour voir si j’ai à nouveau des fuites et là rien du tout, pas une seule goutte !!! Je me dis que j’ai dû me faire pipi dessus même si ça m’étonne. Je sais que je n’ai pas déjà percé entièrement la poche des eaux car il y aurait davantage de liquide.

Ce matin, je me réveille, on fait la chasse aux bonbons, va en courses et je dis à mon conjoint (avec qui c’est toujours aussi tendu), que je trouve bizarre de m’être fait pipi dessus. Et là il commence à me sermonner/m’engueuler que c’est n’importe quoi on aurait dû y aller hier, que je mets la santé de notre bébé en danger tout ça pour ne pas déranger pour rien mes parents ou se déplacer inutilement à l’hôpital. Il faut savoir que pour Mila j’ai mis un jour et demi avant de réaliser que j’avais fissuré la poche des eaux !!! (voir mon article) Je ne pensais pas reproduire la même chose pour ce troisième accouchement !

On rentre de courses, j’appelle la maternité qui me conseille de venir contrôler la poche des eaux. Jusqu’à présent toujours aucune goutte depuis la veille au soir !!! On me fait le test qui confirme que j’ai fissuré la poche des eaux. On m’annonce qu’on me garde. Je commence à pleurer de joie tellement j’attendais ce moment, sauf que rapidement les larmes de joie deviennent des larmes de tristesse!

La sage femme me dit que je peux accoucher que d’ici quelques jours !!! Bien que mon col soit ouvert depuis près de 10 jours (je suis au moins à un doigt), il est encore postérieur et a un peu de longueur. Je ne comprends tellement pas. Mila est arrivée à 35SA, Taïs à 37SA, ayant vécu des accouchements précoces je pensais vraiment accoucher un mois avant, surtout avec deux enfants en bas âge plutôt dures (ils ne m’ont pas épargnés pendant la grossesse). Et j’ai contracté dès le 3ème mois ! Et là à 10 jours de mon terme, très peu de contractions !!!

Comme je disais la sage femme me dit que ça peut mettre plusieurs jours donc moi je pense évidemment à Mila et Taïs avec qui je vais déjà être séparée au moins 3 jours après l’accouchement donc j’ai pas envie de rester 3 jours avant ! Et puis la sage-femme me prévient qu’il y a un risque important qu’on fasse une césarienne. Elle m’explique que comme j’ai une cicatrice à l’utérus (césarienne Taïs), ils ne peuvent pas me déclencher l’accouchement au niveau du vagin mais seulement par perfusion. Mais pour me déclencher par intraveineuse, mon col doit être favorable (plus ouvert, ramolli, court..). Si le col ne se modifie pas de lui-même, on devra procéder à une césarienne car on ne peut pas me laisser avec la poche des eaux fissurée trop longtemps.

Mon gynéocologue vient,me voir à 20h et me dit que si demain dans la journée ça ne bouge pas on fera une césarienne. Il me propose un nouveau décollement. J’en ai fait un mardi il y a 10 jours et c’est juste horrible tellement ça fait mal. J’ai hurlé dans son cabinet et à la fin du décollement j’étais quasiment en haut du dossier tellement je reculais les fesses et je les ai tellement contracté que j’ai eu mal pendant plus d’une journée!!! Mais bon je préfère la souffrance d’un décollement que revivre une césarienne (très mauvais souvenir, je vous en parle dans mon article). J’ai donc soufflé de toutes mes forces pour ne pas hurler et serrer les fesses à fond. Si bien qu’après je ne pouvais plus ouvrir les jambes. Un décollement fait effet une heure, il est donc conseillé d’être active durant cette période. J’ai donc monté et descendu les escaliers plusieurs fois et marché dans le couloir plus de 30 minutes.

Il est 23h30. J’ai eu quelques contractions mais rien de régulier. Donc là j’attends. J’avoue que si j’étais déprimée tout à l’heure, en ce moment même j’apprécie être seule dans ma chambre de maternité. Ca me fait du bien ce calme, de me retrouver sans enfants qui se chamaillent, qui crient, me font tourner en bourrique. Après j’ai pas envie que ça s’éternise (j’aimerai bien accoucher demain midi grand max pour voir les enfants demain après-midi), mais je pense que j’avais besoin de me reposer avant le moment fatidique.

Suite des évènements demain !

02/11 : je reprends mon article pour vous raconter la suite et fin de mon accouchement.

Dans la nuit du 31 au 1er, je commence à avoir des contractions toutes les 15 minutes. Au réveil, le matin du 1er même régularité des contractions.

Je descends en salle d’examen faire un monitoring et contrôler mon col vers 9h30. La sage-femme m’annonce que mon col est passé à 2 doigt, qu’il a rétrécit et s’est ramolli. Avec le gynécologue, ils décident de me déclencher par intraveineuse. On me pose la perfusion à 11h40. Au bout de même pas 30 minutes, les contractions se rapprochent toutes les 5 minutes. Elles deviennent insupportables. A 13h15, on me pose la péridurale. Je fais un petit malaise et suis prise de nausées. L’anesthésiste m’injecte un produit qui me remet rapidement. A 13h45 : je suis à 5 doigts. Je suis complètement dans le gaz. Je dors quasiment non-stop depuis 10h du matin. Je me sens tellement fatiguée. A 14h45, la sage-femme vient me contrôler, je suis à 10 ! Elle me dit on commence l’accouchement. Je suis complètement endormie, je ne sais pas comment je vais faire pour pousser. D’autant que je ne sais pas pousser. Pour Mila, je n’avais pas réussi. La sage-femme et l’infirmière se mettent tranquillement en place car mon gynécologue n’est pas encore arrivé. Elle me dit de commencer à pousser. Il s’avère que je pousse très bien à ma grande surprise ! Disons clairement les choses : pour Mila, j’avais peur de me faire caca dessus !! Là j’ai réussi à aller à la selle le matin et puis lors de la préparation à l’accouchement la sage-femme m’a dit que ça faisait partie de l’accouchement donc je ne me retiens pas, je pousse franco). Je n’ai pas mal du tout. Malgré la fatigue, je suis suffisement ludice pour pousse franco !! Le gynécologue arrive enfin et je peux finir d’expulser la petite. Il est 15h02. J’ai même pu la sortir moi-même en l’attrapant sous les bras. Quelle émotion !!!

J’ai juste eu une petite éraillure (plus superficielle qu’une déchirure) qui m’a valut qu’un seul point de cicatrisation. Je l’ai eu ce bel accouchement dont je rêvais, sans souffrance ! Je peux désormais dire que j’ai sorti mon bébé comme une lettre à la poste ! Franchement quand j’entendais certaines femmes dire ça, je me disais qu’elles enjolivaient les choses. Je n’arrivais pas à imaginer comment ça pouvait être possible au vue de ce que j’avais vécu pour Mila et Taïs. Et bien si c’est possible !

Ma petite Naïa est née à 39SA+4j. Elle mesure 48cm et pèse 2,670kg. Sa naissance met fin à 9 mois de grossesse, qui, il faut le dire, auront été vraiment durs. Mais cela signifie aussi la fin d’une période où je portais la vie, où ma fille et moi ne faisions qu’un ou mon statut de femme enceinte me rendait « privilégiée ». J’avoue que pour l’instant je ne suis pas encore nostalgique. Je suis dans le feu de l’excitation, complètement gaga de ce petit bout d’amour et je suis aussi très fatiguée. Mais je sais que je vais avoir à un moment un coup de blues. Déjà quand mon conjoint est rentré ce soir, je lui ai dit « c’est peut-être la dernière fois où l’on vivait ce moment ». Bon ba ça y est je pleure. Je suis tellement reconnaissante envers la vie de me permettre de vivre encore une fois une grossesse et une naissance. Pour moi, il n’y a rien de plus beau au monde. Et me dire que c’est la dernière fois où je me retrouve dans cette petite bulle qu’est la chambre de maternité avec mon petit bébé, où l’on se découvre, où le temps est comme suspendu, ça me fait quelque chose. Bon ba finalement la nostalgie sera arrivée plus vite que prévue!

Sinon en ce qui concerne les suites de couches, qui dit bel accouchement, dit aussi meilleures suites de couche! J’avais vraiment souffert pour Mila et Taïs. Là mon éraillure ne me fait pas trop souffrir. J’ai une hémorroïde mais pour l’instant ça a été. Ça risque d’être plus compliqué quand je voudrais aller à la selle, je sens que je vais être constipée! Et ce soir, je ressens davantage de douleurs dans le bas du dos, dans les fesses, je pense que c’est la pression qui retombe.

En revanche, je douille beaucoup niveau allaitement. j’ai de très fortes contractions utérines (ce sont les tranchées) à chaque tétée. Apparemment, elles sont particulièrement douloureuses pour une troisième grossesse. Je confirme !!! Ajoutez à cela, les crevasses aux seins, l’allaitement n’est pour l’instant pas une partie de plaisir ! J’ai hâte de voir ma sage-femme pour qu’on revoit ensemble les positions d’allaitement et que les tranchées passent.

Clap de fin sur mes récits de grossesse. Place maintenant à ma vie de maman de trois enfants et au pouponnage de mon bébé.

Une réflexion sur “Mon troisième accouchement

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s