Porter son bébé

Quand j’étais enceinte de Naïa, j’ai décidé que je voulais la porter. Je l’avais fait pour Mila et avait beaucoup apprécié cette relation de proximité que le portage favorisait. Pour Taïs, je n’ai pas réussi car cela me faisait mal à ma cicatrice de césarienne. Je m’y prenais très certainement mal ! Et pour Naïa, au-delà de l’envie de nouer un lien fort avec elle, je me disais que la porter me faciliterait la vie avec deux autres enfants en bas âge à m’occuper.
Mais avant de me faciliter la vie, il a fallut faire le choix du mode de portage et réussir à l’apprivoiser. Et ce n’est pas si facile !

Je vous préviens d’ores et déjà vous n’aurez pas dans les lignes qui suivent un guide du portage. Malgré avoir suivi un cours, je suis loin d’être une experte et cela reste un univers assez flou pour moi 🤣
En revanche, vous y trouverez le choix que j’ai fait et mon avis, mon retour d’expérience sur le portage et surtout les galères que j’ai rencontré ! Oui car ceux qui me suivent depuis quelques temps, savent que rien ne se passe de façon simple avec moi !
C’est un peu comme l’allaitement qui est un acte naturel mais dont la pratique est loin d’être innée et évidente.

Quel mode de portage ?

J’ai porté Mila avec un porte bébé chinois ti-wawita, qu’on m’avait prêté. Je n’avais donc eu aucune réflexion sur les différents modes de portage qui existaient sur le marché, lesquels étaient les mieux pour le développement de l’enfant. De mémoire, j’en étais satisfaite. Mila était très bras, je l’ai donc beaucoup porté (pour faire mon ménage, pendant les repas…). Et j’avoue que j’appréciais moi-même énormément l’avoir contre moi, cela nous a crée un lien très fort. C’est d’ailleurs un des avantages que l’on donne au portage : il faciliterait la formation du lien d’attachement parent-enfant. Alors je vous rassure, je n’ai pas porté Taïs et pourtant nous avons un lien très fort et il est tout autant câlin que Mila, si ce n’est plus ! En revanche, c’est vrai que mon expérience me fait « valider » deux autres avantages du portage. Il faciliterait la digestion. Seul Taïs, qui n’a pas été porté, a eu beaucoup mal au ventre les premiers mois. C’est quand même à relativiser car je ne porte pas non plus Naïa autant que Mila (car elle dort beaucoup seule) et elle n’a que très peu de maux de ventre. Le portage réduirait les pleurs de bébé car cela le réconforte. Alors il est vrai que Taïs est celui de mes trois enfants qui pleurait le plus. Est-ce que c’est réellement lié ? Peut-être. En tout cas, j’aime porter mon enfant lors de réunion de famille car cela me permet de lui créer un cocon qui le protège des bruits, de l’agitation et cela évite qu’il passe de bras en bras. Oui je suis le genre de mère poule qui a du mal à voir passer son bébé de bras en bras et chopper au passage tout un tas de microbes ! J’ai également tendance à penser que le portage est meilleur pour le développement physiologique de l’enfant. Comme je ne portais pas Taïs, il faisait davantage de cosy. Et lorsque j’ai fait une séance d’osthéopathie vers ses 2-3 mois, la praticienne était étonnée de voir les fortes tensions qu’il avait. Des tensions normales pour un bébé qui vient de naitre mais pas de cet âge-là ! Il était replié sur lui-même, m’avait-elle dit. Elle m’avait alors préconisé la motricité libre.
J’ai arrêté de porter Mila vers ses un an car c’était devenu inconfortable pour toutes les deux. En fait, je ne me suis pas renseignée sur comment adapter ce mode de portage au fur et à mesure que l’enfant grandit. Par exemple, je ne savais pas que je pouvais la porter dans le dos avec ce porte-bébé, ni l’allaiter. A dire vrai c’était mon premier enfant et je n’étais pas dans ces considérations. Pour moi, le temps du portage était terminé. Je n’avais jamais vraiment fait attention que certains enfants étaient portés bien après un an.
Ça je l’ai découvert sur Instagram. Quand j’y pense, c’est fou ce que cette communauté m’éclaire dans ma parentalité.
Quand vous tapez « portage », « portagebebe », « portagephysio », vous avez un nombre de publications impressionnants ! De nombreuses influenceuses (entre autres) se montrent en photos portant leur enfant et mentionnant leur mode de portage. Sling, écharpe, porte-bébé physiologique. Je me sentais déjà perdue ! Mais ajoutez à cela les nombreuses marques qui proposent ces modes de portage. Ling Ling d’amour, Love Radius, Bud  Blossom parmi celles que je voyais revenir souvent.
J’avais donc décidé de prendre un cours de portage. C’était mon troisième (et peut-être dernier) enfant, j’avais donc envie de faire les choses correctement pour profiter pleinement et longtemps du portage. J’ai aussi beaucoup évolué dans ma parentalité, avec une réelle envie de me « professionnaliser » (pour moi-même), c’est-à-dire avoir une meilleure connaissance du développement de l’enfant et comment l’accompagner au mieux à travers ma parentalité et ma pédagogie éducative.
J’ai eu la chance de remporter, lors d’un concours, un cours de portage avec Justine de @nouedamour. Si vous souhaitez porter votre enfant, je vous conseille vraiment de suivre un cours, qui vous aidera à trouver le mode de portage le plus adapté en fonction de l’âge de bébé, qui vous convienne le mieux mais également les bonnes positions.
Pour les premiers mois, je suis partie sur deux modes de portage :
  • Le sling (écharpe à anneau) : lors du cours, j’ai constaté qu’il était très facile et rapide à mettre en place, ce que je trouvais pratique en particulier pour la maison, l’école ou les petites courses. J’ai choisi la marque Ling Ling d’amour qui m’a été recommandée par ma conseillère en portage.
  • Une écharpe : je l’ai prise surtout pour les plus longues balades car le poids de bébé est répartie sur les deux épaules alors qu’avec le Sling, on en sollicite qu’une seule. J’ai choisi une écharpe tissée en coton bio de 3m60 de la marque Kubeba  (en occasion) qui m’a été validé par ma conseillère. Naïa va prochainement avoir trois mois et je ne l’ai pas encore utilisé.
Ensuite vers les 5-6 mois de bébé (lorsqu’il commence à tenir assis), je prendrai un porte-bébé physiologique. J’avoue avoir hâte car là il n’ y a pas la difficulté du nouage, du bon positionnement  puisqu’il y a juste des sangles à mettre sur les épaules et des boucles à fermer mais encore faut-il bien le choisir ! Pour Mila, nous en avions pris un lorsque nous sommes partis en vacances. Je n’y connaissais strictement rien. J’en ai acheté un à Aubert dans les premiers prix et franchement ce n’était pas ça. Il faisait mal aux épaules et ne permettait pas une position adéquate (physiologique) du bébé.

Le sling de Ling Ling d’amour

Dans le cadre d’un partenariat avec Ling Ling d’amour, j’ai eu la chance de me faire offrir un sling. Un joli cadeau de naissance !

J’ai mis plusieurs semaines avant de commencer à porter Naïa. Dès les débuts de l’allaitement, j’ai eu des crevasses, puis ensuite j’ai eu une mastite et un vasospasme. Durant cette période, je supportais difficilement allaiter Naïa donc j’avoue que je la portais que rarement, essentiellement pour calmer ses pleurs et par chance elle pleure très peu ! Le portage favorise effectivement l’allaitement grâce au contact corporel, c’est pourquoi je l’évitais !

Puis j’ai testé mon sling. J’avais tout oublié de mon cours. Heureusement Justine m’a envoyé, suite à son cours, un mail avec les vidéos de démonstration et qu’elle m’a accompagné par téléphone pour m’aider à bien positionner le sling.

Pourtant ça m’était paru tellement simple lors du cours. Là impossible de bien tendre le tissu, de bien positionner Naïa. J’étais complètement gauche ! J’ai lu, dans un article, que porter son bébé renforce le sentiment de compétence parentale et de confiance en soi. Alors je confirme pour avoir ressenti le sentiment inverse quand je n’arrivais pas à mettre mon sling. Je me sentais une mère complètement nulle ! C’est vrai que mon sentiment était peut-être un peu exagéré mais je venais d’accoucher, j’avais galéré pour la mise en place de mon allaitement, je voyais pleins de nanas sur Instagram porter leur enfant avec aisance, du coup je complexais !

Heureusement j’ai fini par piger le truc ! Après je vous avoue qu’il y a des fois où je le mets encore mal. En fait, comme c’est un mode de portage rapide à enfiler, le truc c’est que je ne prends pas toujours le temps de bien le régler. Je l’utilise beaucoup à la maison donc le tissu est déjà passé dans l’anneau, je l’enfile sur mon épaule, je tire pour serrer Naïa et hop je repars vaquer à mes occupations. Et puis je sens Naïa qui penche sur le coté ou qui se desserre ! J’essaye de faire vraiment plus attention à bien préparer mon sling avant d’y mettre Naïa. D’ailleurs en écrivant cet article, je me suis rendue compte que je ne prête pas assez attention au bon positionnement de Naïa. Les genoux sont censés être plus hauts que les fesses, ce qui n’est pas vraiment le cas sur ma photo ! La fille fait un article sur le portage et elle met une photo où sa fille est mal portée !!! Pourtant, les bonnes positions sont des choses que j’ai appris lors de mon cours. Mais j’avais oublié ou je n’y pense pas. Ce sont pourtant des règles de sécurité importante pour un bon portage !

En fait, c’est ça, ce n’est pas tellement le fait de porter son bébé qui soit compliqué, car il y a des modes de portage simples (le sling en comparaison avec l’écharpe où il faut faire le nouage), mais plutôt le fait de bien le porter. Après c’est mon ressenti, si ça se trouve je suis la seule à ressentir cela. Je vous avoue que si c’est le cas, je vais le vivre assez mal car je vais vraiment me sentir incapable ! 🤣

Jusqu’à présent, je n’ai utilisé que mon sling et pas mon écharpe. Je suis quelqu’un de très déterminée et quand je fais quelque chose j’aime réussir à le faire bien. Donc comme pour mon allaitement, je persévère pour me perfectionner dans l’utilisation de mon sling. Petite fierté : j’ai réussi à allaiter Naïa dans le sling en marchant (et même qu’il caillait ce jour là) !

Et il y a aussi le fait que le sling c’est quand même très rapide en comparaison à l’écharpe. J’ai revisionné ce soir la vidéo de l’installation de l’écharpe (enveloppe croisée), ça prend quand même plus longtemps. A la maison, dès que Naïa pleure et que je suis occupée, je la mets en quelques secondes dans le sling et je continue (presque) facilement mes occupations. Oui car il faut quand même se l’avouer, cela reste plus pratique de passer le balai, faire la vaisselle ou plier le linge sans un bébé entre les bras ! Et en hiver, je pense que c’est plus simple un sling sous un manteau qu’une écharpe. Je précise que je n’ai pas de manteau adapté!

Sinon pour ce qui est du sling Ling Ling d’amour, je trouve le tissu épais, de bonne qualité. Il permet un bon maintien du bébé. J’ai choisi le coloris gris car il s’accorde avec la majorité des vêtements ! Le sling est accompagné d’un petit livret d’utilisation dans lequel vous retrouvez les règles de bonne installation du bébé :  à hauteur de bisous, en position accroupie, dos arrondi, genoux au-dessus des fesses, voies respiratoires dégagées, habillé en fonction des températures, avec ses extrémités protégées. En lisant la consigne, je me rends compte qu’il est indiqué « si la tension se relâche, ne pas hésiter à réajuster le nouage ». Moi qui pensait que c’est que je n’avais pas assez serré initialement, alors que non selon les mouvements que l’on effectue (ménage entre autres) il est possible que le sling se relâche. Comme quoi c’est au final qu’une question de prendre le temps de bien se renseigner. Dans ce livret, il y a également un mode d’emploi illustré pour installer le sling et le bébé.

Je finis cet article avec quelques photos de Naïa portée. Malheureusement je n’ai pas retrouvé mon disque dur avec les photos de Mila mais de mémoire je n’ai pas pensé à immortaliser ces moments. Je me rattrape avec Naïa !

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le portage, voici un article sur les avantages du portage pour le parent et le bébé, les différents types de portage et les conseils de sécurité. Pour ce qui est du choix, le mieux est de faire un cours de portage.

 

Et vous, quel mode de portage utilisez-vous (ou avez-vous utilisé) ? Et ça s’est passé comment  : comme sur des roulettes ou vous avez un peu galéré (rassurez-moi !) ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s