Nido Montessori

J’ai découvert la pédagogie Montessori quand Mila avait 2 ans et demi et Taïs avait alors 1 an. Je n’avais donc pas mis en place de nido mais directement une étagère thématique. Entre temps, je me suis formée à la pédagogie Montessori. A la naissance de Naïa, j’étais donc ravie de pouvoir mettre en pratique tout ce que j’avais appris pour lui offrir un environnement adapté, selon la pédagogie Montessori. Et je peux vous dire que je me suis éclatée à lui renouveler son nido au gré de nos thèmes.

Les quatre aires du nido

On a tendance à réduire le nido à l’aire d’éveil de l’enfant mais en fait le nido correspond à l’espace dans lequel va évoluer l’enfant de 0 à 18 mois (qui correspond à la marche assurée) et il se compose de 4 aires : l’aire du sommeil, l’aire du change, l’aire du repas et l’aire d’éveil.

Comme je l’explique dans mon article sur la pédagogie Montessori je ne suis pas une puriste, je pioche dans cette pédagogie (et les autres pédagogies) ce qui m’intéresse et aussi ce qui est facilement adaptable à notre maison et notre organisation.

  • L’aire du sommeil

J’ai pratiqué le cododo avec mes trois enfants. Naïa a un lit cododo, dans lequel j’ai commencé à la mettre vers ses 6 mois environs, avant elle dormait que dans notre lit.

Encore à 1 an, elle dort très souvent dans notre lit. C’est vraiment un choix personnel. Pour Mila, j’ai fonctionné de la même façon à l’exception que ce n’était pas un lit cododo mais un couffin puis un lit parapluie et je l’ai ensuite passé à 13 mois dans sa chambre car je me sentais prête et j’avais envie de retrouver ma chambre. Pour Taïs, je me sentais pas de dormir avec lui dans notre lit, je me sentais trop fatiguée. Il dormait dans son couffin près de notre lit et à 6 mois je l’ai passé dans sa chambre. Mila comme Taïs avait un lit classique à barreau dans leur chambre.

Je commence à envisager depuis peu à passer Naïa dans sa chambre. Je pense le faire après les fêtes de Noël. Par contre, j’aimerai changer son lit à barreau dans lequel elle n’aura finalement jamais dormi! Même la sieste elle a pas dû en faire plus de 5. Le plus souvent c’est dans le canapé du salon ou alors dans notre lit parental ou dans le porte-bébé.

Je prévois de changer son lit à barreaux pour un lit au sol car ce sera beaucoup plus simple pour l’endormissement. Naïa ne s’endort actuellement qu’au sein. Ce sera donc plus pratique et moins fatiguant pour moi de m’allonger dans son lit pour lui donner la tétée que de me mettre dans le fauteuil (que j’ai pourtant prévu à cet effet) et qui va me casser le sommeil. En plus, elle est déjà habituée à descendre seule du canapé et de notre lit depuis plusieurs mois. Dans un nido Montessori, l’intérêt du lit au sol est de permettre au bébé d’être autonome dans son sommeil.

Dans la pédagogie Montessori, on recommande aussi d’utiliser un Topponcino pour les premiers mois du bébé. Il s’agit d’un matelas qui enveloppe le bébé (il y reste en permanence même quand on le porte à bras) et qui garde la chaleur et l’odeur du bébé. Cela lui procure un sentiment de sécurité quand on le pose dans son lit, son landau ou quand on le passe dans les bras de l’entourage. Je n’en ai personnellement pas acheté.

  • L’aire du repas

Il est recommandé d’aménager un coin pour donner le repas. Pour les premiers mois, lorsque l’enfant est allaité ou nourrit au biberon, il est préférable de prévoir un fauteuil confortable avec un coussin pour être le plus alèse possible et bien positionner le bébé, avec tout le nécessaire à proximité (lange…). Dans mes trois chambres de bébé, j’ai toujours eu un fauteuil mais alors je dois avouer que les miens n’étaient pas spécialement confortables. Pour Naïa, je ne l’ai quasi jamais allaité dedans. La nuit, je l’allaite directement dans notre lit (en position allongée) et la journée très souvent dans le canapé.

Nous avons commencé la diversification à 6 mois. Nous pratiquons la DME (diversification alimentaire menée par l’enfant) ou plus exactement la DNE (la diversification naturelle de l’enfant), un concept que j’ai découvert chez @bebeseveille. Il s’agit du compte Instagram de Clémentine qui est ergothérapeute. J’ai trouvé la diversification classique de Mila et Taïs très contraignante, avec l’introduction progressive des aliments (3 jours la carotte, 3 jour les haricots, la viande à 8 mois, mais 20g seulement le midi… apparemment tout ça a changé et on peut tout donner dès le début même pour une diversification classique). Je me voyais tellement pas, avec trois enfants, préparer nos plats puis en plus les pots de Naïa. Donc j’avoue que c’est avant tout par question de facilité dans ma logistique que je suis venue à m’intéresser au sujet. C’est vrai que manger tous la même chose ça facilite la vie et ça nous oblige aussi à manger plus diversifié et sainement (même si sur ce point je suis moins regardante que pour Mila et Taïs qui ont mangé beaucoup plus tardivement certains aliments pas très sains). Au-delà de l’aspect logistique, ce que j’apprécie dans la DNE c’est de suivre le développement de l’enfant. On est à l’écoute de ses envies et ses capacités. J’aime pas la vision de la DME où l’on donne forcément que des morceaux. Là si vous avez prévu soupe ou purée, l’enfant peut tout à fait en manger. Cette absence de contraintes permet de se focaliser sur les découvertes gustatives et sensorielles du bébé, sur le développement de son autonomie qui sont un plaisir à observer. J’ai partagé quelques éléments à ce sujet en story permanente sur mon compte Instagram. @bebeseveille a également rédigé un dossier très complet sur le sujet où elle apporte des informations sur le développement sensori-moteur et l’oralité du bébé, donne des indications sur la mise en place de la DNE de façon sécuritaire, conseille pour le choix du matériel pour le repas et propose des idées de recettes. Vous pouvez vous le procurer au prix de 4,50€ en la contactant directement.

Pour la diversification, nous avons commencé par utiliser une chaise haute classique et rapidement nous sommes passés au réhausseur pour que Naïa partage les repas avec nous à table.

Mais normalement dans la pédagogie Montessori, on utilise une table de sevrage avec une chaise Montessori (qui ont la particularité d’être très lourdes) et on évite la chaise haute ou le réhausseur qui entravent l’autonomie de l’enfant.

  • L’aire du change

Dans la chambre de Naïa, il y a un matelas à langer sur sa commode. Juste à coté, il y a une panière avec tout le nécessaire pour les soins. J’ai mis près de son matelas un miroir/tableau contrasté qu’elle adore !

Mais je la change aussi très souvent sur le canapé ou le tapis du salon !

J’en profite pour parler du bain. J’ai découvert le bain libre lors d’un atelier massage de Taïs il avait alors 4-5 mois je crois. Il s’agit d’allonger l’enfant dans le bain, sur un tapis de bain, avec un fond d’eau. Pour Naïa, nous avons pratiqué le bain libre dès ses premiers jours de mémoire. Elle appréciait beaucoup. Parfois j’utilisais un transat de bain notamment quand je lui faisais une douche rapide.

  • L’aire du mouvement

Elle concerne l’éveil de l’enfant. C’est celle que je vais le plus développer dans cet article.

Pour Naïa, nous avons pratiqué la motricité libre, qui consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements pour explorer son corps, expérimenter de nouvelles positions à son rythme. Pour Mila et Taïs, nous avons utilisé un parc, un yupala, ils allaient beaucoup dans le transat ou le cosy. Pour Naïa, il nous arrivait d’utiliser le transat notamment pendant les repas (avant la diversification alimentaire) et quand j’étais occupée (douche, ménage..) mais sinon elle était au sol. Alors par contre, on a été mauvais élèves pour la position assise car il nous arrivait régulièrement de la mettre en position assise avec des coussins car elle pleurait allongée.

Naïa a marché à 12 mois alors que Mila et Taïs ont marché à 14 mois. Il n’y a surement pas que la motricité libre qui a joué (elle est la troisième d’une fratrie donc forcément stimuler par les plus grands) mais ça y a contribué. Et j’ai été très étonnée de voir à quel point Naïa avait conscience du danger et des limites de son corps. A partir du moment où elle était capable de se déplacer, dès qu’elle se réveillait dans le lit ou le canapé, elle se mettait sur le rebord et appelait. Et vers 9-10 mois, elle descendait toute seule.

L’espace éveil

J’ai aménagé cet espace dans notre salon puisque c’est l’endroit où je passe le plus de temps avec les enfants.

Je précise que je posais ma lampe sur son étagère au début car je n’avais pas d’autre place dans le salon et que Naïa ne bougeait pas. Quand elle a commencé à se déplacer, nous l’avons retiré et opté pour un lampadaire à un autre endroit du salon.

L’espace d’éveil se compose de plusieurs éléments :

  • Un tapis au sol

Il faut choisir un matelas assez ferme et peu épais pour permettre au bébé de se retourner. On peut utiliser un matelas style gym.

J’ai personnellement opté pour un tapis en polypropylène (Leroy Merlin) de 60x115cm.

J’ai retiré le tapis quand Naïa avait 9 mois. J’ai également changé son nido de place (toujours dans le salon), car l’étagère était en retrait (caché par le canapé et elle n’y allait pas). J’ai alors placé le miroir à la verticale derrière l’étagère.

  • Un miroir

Dans un premier temps, il faut l’accrocher dans le sens de la longueur pour que le bébé puisse se voir entièrement. Idéalement, il doit faire 90 cm de longueur. Le mien ne fait pas cette taille, c’est un miroir que j’avais eu avec un meuble de salle de bain. Quand le bébé commence à se lever, on le fixe à la verticale.

Ce matériel a plusieurs intérêts : favoriser la stimulation visuelle, refléter l’image du bébé et de ses mouvements et prendre ainsi conscience de lui-même, voir ce qui se passe dans l’environnement et stimuler le toucher (température du miroir).

  • Un pouf lourd

Dans les écoles Montessori, on ajoute vers 5 mois une barre de brachiation qui va aider le bébé à se lever. Mais un pouf bien lourd peut très bien faire l’affaire.

  • Un portique d’éveil

Je l’ai laissé en place jusqu’aux 7 mois de Naïa. Ensuite ça ne l’intéressait plus de rester allongée.

Je me suis inspirée de ce tutoriel pour le réaliser.

Il mesure 80cm de largeur, 100cm de profondeur et 80cm de hauteur. Nous avons mis de la ficelle sur les côtés pour pouvoir le plier et l’enlever quand je souhaitais privilégier d’autres aides au développement (miroir, hochets, objets visuels sur le tapis…).

J’adaptais les mobiles en fonction du développement de Naïa et de nos thématiques. Très souvent, c’est les enfants qui lui fabriquaient ses mobiles. C’était l’occasion de leur proposer une activité créative, de les impliquer dans leurs rôles de frère et sœur et cela les rendait très fiers.

  • Une étagère basse

J’ai fabriqué une étagère avec 3 planches. Elle mesure 40 cm de hauteur (l’étagère du haut étant fixée à 32 cm du sol), 30 cm de profondeur et 65 cm de longueur.

On y met des aides au développement (hochets, balles sensorielles, boite de permanence de l’objet, matériel de motricité fine, livres….).

Pour ma part, je fais évoluer l’espace éveil de Naïa très souvent au gré de nos thèmes (soit en moyenne toutes les deux semaines). Je lui propose des aides en rapport avec nos thèmes et surtout adaptées à son stade de développement et ses intérêts. En parallèle du matériel en place dans son espace éveil, j’ai commencé à proposer des activités ponctuelles à Naïa à partir de ses 5 mois (quand elle tenait assise).

Quelques étapes clés du développement du nourrisson de 0 à 12 mois

  • Naissance : Le nouveau-né voit à une distance de 20 à 50 cm. Le stimulus doit être contrasté (comme le noir et blanc). Il préfère regarder un visage humain. Il est très sensible à la prosodie (traits oraux que nous donnons à notre expression verbale : inflexion, tonalité, intonation…).
  • 2 mois : Il distingue le noir et blanc ainsi que les couleurs vives. Il redresse la tête.
  • 3 mois : Il est capable de reconnaitre des objets familiers (doudou, biberon…). Il perçoit des objets jusqu’à 60cm autour de lui.
  • 4-5 mois : Babillage. Il préfère le langage maternant (débit ralenti avec intonation exagérée). Il se retourne sur le ventre.
  • 6 mois : Il voit les petits objets (comme les miettes) et suit des yeux un mouvement autour de lui. Première syllabe. Il est capable de s’asseoir seul.
  • Entre 6 et 9 mois : Plusieurs syllabes. Sa préhension devient intentionnelle. Il va réussir à passer un objet d’une main à l’autre, contrôler ses doigts pour ensuite attraper de petits objets. L’enfant est capable de s’asseoir seul puis il va marcher à 4 pattes et se hisser seul.
  • 10 mois : En moyenne, il comprend plus de 70 mots mais n’est pas encore en mesure de les reproduire.
  • 12 mois : Premier mot intentionnel. Il marche.

Il s’agit de repères, mais certains enfants développeront ces compétences plus tôt et d’autres plus tard.

(Source : Formation Montessori 0-3 ans)

L’évolution de l’espace éveil de Naïa

Je mets par âge car on me demande souvent des idées d’activités à proposer à 2 mois, à 6 mois, à 9 mois… C’est assez pertinent les tout-premiers mois mais ensuite vers 4-5 mois il faut vraiment tenir compte de l’évolution de votre enfant. Certains bébés se tiennent assis plus tardivement, d’autres se tiennent debout assez tôt, idem pour la coordination oeil-main ça dépend. Vous pouvez donc vous inspirez des propositions que je fais à Naïa en adaptant au développement de votre enfant.

Voici les différents types d’activités que l’on peut proposer au bébé pour l’accompagner dans son développement : stimulation sensorielle (visuelle, auditive et tactile essentiellement dans l’espace d’éveil), préhension (objets suspendus, objets libres…), motricité fine/coordination oeil-main, motricité globale (qui inclut notamment l’équilibre et la locomotion), permanence de l’objet, langage.

Pour avoir le détail de l’activité, je vous invite à cliquer sur les légendes qui renvoient à mes posts Instagram.

  • 1 mois
  • 2 mois
  • 2 mois et demi
Bouteilles sensorielles
  • 3 mois
  • 3 mois et demi
  • 4 mois
  • 4 mois et demi
  • 5 mois
  • 5 mois et demi
  • 6 mois
  • 7 mois
  • 7 mois et demi
  • 8 mois
  • 8 mois et demi
  • 9 mois
  • 9 mois et demi
  • 10 mois
  • 10 mois et demi
  • 11 mois
  • 12 mois
  • 12 mois et demi

J’ai une story permanente sur mon compte Instagram avec les activités que je proposais à Taïs entre 12 et 18 mois. Il s’agit notamment d’activités visant à travailler le transvasement, la motricité fine, la cordination oeil-main et des bacs sensoriels.

Je précise que ces activités sont proposées pendant les temps d’éveil du bébé, qui sont très rares les premiers mois. Moi personnellement, Naïa dormait beaucoup (ce n’est plus le cas!!!). Il y avait des journées où Naïa n’allait pas dans son nido. Et même encore aujourd’hui, elle passe davantage de temps à vadrouiller dans la maison, à jouer avec l’étagère de son frère et sa soeur, dans la salle de jeux que sur son étagère. Je n’ai moi-même pas toujours le temps de me poser avec elle pour faire les activités de son étagère. Donc forcément on culpabilise de ne pas assez éveiller son enfant. Mais le plus important est de lui apporter de l’amour, les soins nécessaires, de le nourrir. Porter son bébé, faire la sieste avec lui, aller se balader sont tout autant des temps de qualité importants. On fait comme on peut. Il est important d’être disponible et de prendre du plaisir à partager ces temps d’éveil. Et même à un an, ne vous attendez pas à ce que l’activité dure longtemps. Moi il y a eu quelques activités coup de coeur récemment où Naïa est restée 20 bonnes minutes je pense, mais c’est très rare. En général, c’est pas plus de 5 minutes.

Voici une sélection de livres pour bébé

Je vous partage également un article que j’ai écrit sur le langage signé avec les bébés.

img_20190926_154441_resized_20190926_0349276222941050770941890669.jpg

Avant que Naïa naisse, nous avons commencé avec les enfants à apprendre quelques signes. Et j’avoue avoir lâché à sa naissance. Nous avons repris depuis 2 mois je dirai mais là encore que très peu de signes et pas régulièrement. Je regrette de ne pas avoir été assidue car Naïa est vraiment désireuse de communiquer avec nous et est très réceptif aux quelques signes que je lui ai appris et les reproduit. J’ai donc appris tous les signes du livre et lui parle en signant. Mais je voudrais aller plus loin pour vraiment signer tous les mots qui me sont nécessaires pour communiquer avec elle. Je vais donc acheter le livre Le grand guide des signes avec bébé qui a l’air top !

Je termine cet article en vous conseillant deux formations vraiment très riches pour avoir une meilleure connaissance du développement de l’enfant et découvrir de nombreuses idées d’activités :

Voici également une sélection de livres avec des idées d’activités à proposer aux tout-petits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s