La vraie vie VS les réseaux sociaux

Hier soir, Taïs m’a fait vivre une soirée et une nuit très difficiles. Ce n’était pas les premières et ce ne seront pas les dernières. Et elles sont assez régulières je dirais même. Mais il y a des jours où vous vivez les choses plus facilement que d’autres. Et hier, je l’ai très mal vécu.

J’ai couché les enfants tôt (un record !) : Mila à 20h05 et Taïs était dans son lit 5 minutes après (mais il a bien mis une demi heure à s’endormir ) car ils étaient infernaux. Surtout Mila, elle est très dure en ce moment. Elle dit « non » a tout (se laver les dents, s’habiller, manger, faire la douche, aller se coucher, ranger…), elle hurle voire tape quand on ne lui cède pas et elle malmène beaucoup son frère (le pousse, lui jette des jouets, le tape). Bon il n’est pas toujours tendre non plus (il la mord !). Je suis plutôt habituée à leurs chamailleries et aux pleurs à longueur de journée (Taïs pleure vraiment beaucoup et tout le temps). Mais hier, c’était mercredi. Une journée fatigante puisque les deux ont gym le matin et je les ai ensuite toute la journée, tous les deux. Autant vous dire que j’attends le coucher du mercredi soir avec impatience ! J’ai dû redescendre il devait être 21h et il me restait tout à ranger puisque j’étais monté en laissant tout en vrac. J’étais sur la fin du rangement (il était 22h) quand Taïs s’est mis à pleurer. Ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas réveillé en soirée. Et là impossible de le rendormir ! Il n’était pas bien. J’ai l’impression qu’il avait mal au ventre. Sauf que moi aussi donc autant dire que je n’étais pas disposée à être patiente. Et au bout de 20 minutes, j’ai craqué. Je me suis effondrée en larmes et je pleurais à gros sanglots. J’avais mal au ventre, j’étais fatiguée, j’avais envie d’avoir ma soirée pour faire mes trucs. C’était la troisième journée de suite où je gérais les enfants quasiment seule car mon conjoint n’était pas là et je n’en pouvais plus. J’ai accumulé beaucoup de fatigue ces derniers temps car je m’investis beaucoup dans mon blog et dans les activités des enfants (j’en profite un max avant de reprendre le travail). Et puis il y a les soucis personnels (incertitudes sur mon avenir professionnel, difficultés financières). Beaucoup trop de choses en tête. Donc pleurer m’a permis d’évacuer tout ce que je ruminais. Mais ça n’aidait pas Taïs à se calmer ! Mon conjoint est enfin arrivé à 23h (on a ensuite fait une moitié de nuit chacun avec Taïs 😩). En redescendant, j’ai voulu faire une story mais ma tête était vraiment trop horrible tellement j’avais pleuré. J’ai alors décidé de vous écrire un article qui raconte la face cachée « non instagrammable » de ma vie de maman. Mais comme j’étais malade (mon ventre !), je le fais aujourd’hui. Mais ce n’est pas plus mal j’ai les idées plus claires 😉.

Non, ma vie n’est pas faite que de rires et de câlins !

Sur les réseaux sociaux (Instagram et Facebook) et plus particulièrement sur mes « murs », je partage essentiellement des idées d’activités enfants ainsi que des situations cocasses ou des moments de complicité et de tendresse entre mes enfants. Mais vous ne verrez pas ma tête d’hier soir avec mes yeux gonflés. Non pas que je cherche à cacher la réalité de mon quotidien ou à l’enjoliver. Je pense que les gens sont assez lucides, et si ce n’est pas le cas je le précise, pour comprendre que mon mur n’est pas un résumé de ma vie, mais simplement quelques instants que j’ai choisi de partager. Si mon mur devait être un résumé de ma vie, croyez-moi, vous verriez beaucoup plus de photos de mes enfants en train de se chamailler, de pleurer, de mettre la pagaille (plutôt que de faire calmement une activité) et de moi fatiguée, désespérée, en train de m’arracher les cheveux et de pleurer. Je partage plutôt cette facette de ma vie de maman en story, qui est diffusée de façon éphémère. Ceux qui me suivent savent alors que je suis plus souvent dépassée qu’autre chose. Je suis tout le temps à la bourre le matin, je speed sans arrêt mes enfants, je passe mon temps à retaper la salle de jeux et la maison que les petits ont mis sans dessus dessous, je partage des stories la nuit quand Taïs m’empêche de dormir, je m’énerve, je crie et je mets la fessée (à Mila) quand je suis à bout (un peu trop souvent). Mais ce ne sont pas ces instants difficiles que je veux garder en mémoire. Sur mon mur, qui est permanent, je choisis de partager, un peu à la façon d’un album photos, les meilleures moments, ceux dont je veux me souvenir : les instants d’émotion, de tendresse, de rire, leurs premières fois. Et ce serait plutôt bizarre de prendre une photo de mes enfants en train de se battre, de pleurer, ou de moi en train de pleurer ! Je ne suis pas certaine non plus que ça intéresserait mes abonnés. Pour ma part, je préfère m’attendrir ou rire devant des photos d’enfants car je vois suffisamment les miens se battre et pleurer à longueur de journée 😂. On en rigolait la dernière fois avec une amie qui, à chaque fois qu’elle me téléphone, a le droit aux pleurs et cris de mes enfants ! Et en plaisantant, elle me disait « ce n’est pas comme sur tes photos Insta ». C’est vrai, mes journées ne sont pas que de moments agréables, comme ce que je montre sur Instagram et Facebook. Ma vie est loin d’être rose, mon rôle de maman loin d’être facile et je suis loin d’être parfaite tout comme mes enfants ne le sont pas. Je tenais à le poster de façon permanente. Sur les réseaux sociaux, nous avons tendance à percevoir la vie des autres comme meilleure ou du moins plus facile que la nôtre. Souvent à tort. Car en général, nous faisons tous la même chose : partager les meilleurs moments de notre vie. Pour autant, la vie de parent est loin d’être facile. Et je pense que c’est à peu près partagé par tous les parents. Nous pouvons vite nous sentir démuni, incapable lorsque l’on a l’impression que tout le monde autour de nous y arrive. Alors ça fait du bien de rappeler que nous choisissons de partager les réussites plutôt que les échecs, les joies plutôt que les pleurs, les aspects positifs de notre vie plutôt que les négatifs.

Ce matin, j’ai entendu et lu deux témoignages de maman qui m’ont fait un bien fou : celui d’une maman de la classe de Mila qui expliquait à l’atsem être arrivée en retard à cause de sa fille qui lui avait mené la vie dure le matin. Je me suis sentie tellement moins seule, moi qui arrive toujours la dernière à l’école, en courant avec un gamin attrapé à l’arrache dans chaque bras. Et celui de @un_monde_elideal (sur Instagram) qui rappelait à juste titre que sur les réseaux sociaux tout n’est pas « plus simple et plus beau chez le voisin » et que les instants qu’elle choisit de montrer ne sont qu’une partie infime de sa vie, la partie la plus positive. Et je me suis reconnue dans son témoignage car elle parlait aussi des activités qu’elle présente sur son compte. Encore un sujet qui porte à confusion!

Non, mes enfants ne passent pas leurs journées à faire des activités !

Autre préjugé que l’on peut avoir en regardant mes « murs » Insta et Facebook (je le sais pour avoir eu plusieurs fois la remarque). Là encore, je tiens à préciser que les activités que je publie ne reflète pas la journée de mes enfants, dont les temps de jeux libres représentent souvent une plus grande part. Mais je trouve que cela a beaucoup plus d’intérêt de vous partager les activités que je propose à mes enfants que leurs temps de jeux libres. L’idée est de vous inspirer des activités à faire avec vos enfants. Les voir jouer aux voitures et à la poupée n’est pas forcément très inspirant. Mais ils ont bel et bien du temps de jeux seul. Et parfois c’est eux qui me collent alors que je voudrais souffler ! Mais il est vrai que je leur propose régulièrement des activités. Et particulièrement depuis la rentrée, puisque Mila est entrée dans une nouvelle phase d’apprentissage avec la maternelle. Et surtout, c’est plus simple de le faire puisque Taïs va chez une assistante maternelle 3 jours par semaine et que Mila ne va à l’école que les matinées. Et puis je me suis mise à la pédagogie Montessori, je suis en pleine phase d’expérimentation et de création de mon matériel (d’où pas mal de choses à partager). Je propose donc des activités calmes (souvent de motricité fine), avant le déjeuner ou le diner pour occuper les enfants pendant que je prépare le repas et les calmer avant le coucher (sieste ou nuit). Je trouve que cela marche plutôt bien et Mila me réclame maintenant d’elle-même ces activités. La preuve qu’elle apprécie! Et l’après-midi, c’est plutôt une activité manuelle et créative ou une activité sensorielle. Mais il m’arrive de leur donner une occupation toute prête et de les laisser faire pendant que je vaque à mes occupations. De même que nous ne faisons pas des activités tous les jours. Cet été, nous avions beaucoup diminué car je privilégiais les sorties à l’extérieur ou la piscine dans le jardin. Mais ces derniers temps, il fait moins beau, on passe plus de temps à la maison et je ne travaille toujours pas donc j’en profite un max pour partager des activités avec les enfants. Mais quand je reprendrais, ces temps d’activités se feront forcément plus rares. J’aurais également moins de temps pour en préparer. Mais l’essentiel, c’est de partager du temps avec ses enfants. Qu’importe si c’est pour faire une activité, jouer au Lego, discuter, s’allonger ensembles, se promener, aller faire des courses, partager un goûter… du moment qu’on est ensembles. Il faut savourer ces petits instants simples, apprécier sa vie aussi imparfaite soit-elle. Moi, j’adore ma vie, avec toutes ses petites difficultés. Car ce ne sont bien que des petites difficultés. J’ai la chance d’avoir des enfants, ils sont en bonne santé, moi aussi, rien n’est plus important.

Et vous, à quoi ressemblerait votre mur s’il était un résumé de votre vie ?

Une réflexion sur “La vraie vie VS les réseaux sociaux

  1. De ORIVE

    Ton article est super c’est tellement vrai! On s’imagine que la vie des autres est simple pour telle ou telle raison… parce qu’elle est à la maison, parce qu’elle a le temps de faire des activités tous les jours, parce que ses enfants semblent faciles… Et bien non en réalité nous avons tous des vies avec des contraintes et des enfants avec des défauts et en effet on ne va pas se plaindre sur nos murs Facebook ou autre on ne va partager que le meilleur. Plus tard on aimera revoir ces moments le reste sera oublié! C’est normal de craquer et je pense que rares seront les mamans qui diront ne jamais le faire!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s