Pourquoi je ne serai pas maîtresse

Il y a quelques mois, je vous parlais de mon projet d’être maitresse de maternelle. Un projet qui me trottait dans la tête déjà depuis quelques années. Je m’étais donc inscrite au concours de professeur des écoles (CRPE 2019).

Comme je vous l’expliquai dans mon article, je me suis inscrite au concours, sans être vraiment sûre de le passer. En cause, plusieurs réticences parmi lesquelles l’incertitude d’une affectation en maternelle et à proximité de mon domicile. Deux critères primordiaux à mes yeux !

En parallèle, j’ai exploré les autres pistes pour être maîtresse d’école.

Je m’étais renseignée pour être éducatrice Montessori, en appelant dans une école Montessori à quelques rues de chez moi. Un poste se libérait en janvier mais il fallait une formation Montessori agréée par l’AMI (Association Montessori Internationale). Si je ne me trompe pas, deux instituts sont agrées : l’ISMM et la CFMF et seule l’ISMM propose des formations 0-3 et 3-6 ans. Mais il faut compter 9900 euros la formation ! Donc impossible à financer !

Je me suis également intéressée à la suppléance, qui permet d’enseigner sans avoir de concours.

J’ai postulé dans le public. Pour cela, j’ai envoyé ma candidature à la DSDEN 78 (Direction des services départementaux de l’Education Nationale), qui recherchait des contractuels à l’époque. A ma grande déception, ma candidature a été refusée, au motif que mon parcours professionnel ne convenait pas.

J’ai également postulé dans le privé auprès de la DDEC 78 (Direction dociésaine de l’enseignement catholique). Ma candidature a été accepté et je devais même faire un premier remplacement début décembre pendant une semaine dans une classe de CM2. Après avoir accepté, je me suis rétractée deux jours plus tard car je ne me sentais pas du tout de commencer par une classe de CM2 sans formation préalable. Autant proposer des activités variées à mes enfants de 17 mois et 3 ans je sais faire, autant réciter des cours à des enfants de 10 ans dans des matières dont je n’ai aucun souvenir, ça relève d’une autre paire de manches. Ce n’est pas évident de maintenir l’intérêt d’enfants pendant des heures d’affilées dans des matières qui ne m’intéressent pas plus que cela. Hormis le stress et le manque d’intérêt d’enseigner en primaire, financièrement j’y étais de ma poche. La rémunération mensuelle d’un suppléant dans le privé (mais je pense que ça doit être à peu près pareil dans le public) est de 1500 euros brut. Ajouté à cela, le fait de devoir laissé mes enfants. Le jeu n’en valait vraiment pas la chandelle.

La rémunération aurait été plus élévée et le choix de la classe possible, je me serai dirigé vers la suppléance dans le privé car contrairement au public l’affectation se fait dans un périmètre raisonnable autour du domicile (l’école la plus loin se trouvait à 20 min sans les bouchons!).

Pour ce qui est du concours, j’ai finalement décidé de ne pas le passer. C’est dans 3 mois et je n’ai pas du tout commencé à réviser. Il est inconcevable pour moi de me présenter à un examen sans avoir réviser comme une folle! Et de toute façon, je ne suis absolument pas prête à travailler loin de mon domicile et à enseigner ailleurs qu’en maternelle. Je sais que certains diront qu’il faut accepter de faire des concessions, car c’est assez mal vu d’être exigeante quand on recherche du travail. Mais j’assume totalement le fait de vouloir privilégier le temps avec mes enfants. Or, qui dit travailler loin dit partir tôt et rentrer tard ! Et qui dit enseigner en primaire, dit beaucoup de travail à domicile et donc moins de temps pour mes enfants (j’ai tout à fait conscience qu’en maternelle il y a également beaucoup de préparation à domicile, mais au moins elle serait aussi utile à mes enfants et surtout ce serait pour un métier qui me passionne). Je ne dis pas que je ne passerai jamais le concours. Mon intérêt pour les apprentissages premiers s’explique peut être aussi par le fait que mes enfants sont encore petits et que c’est donc ce que je pratique au quotidien et ce qui m’intéresse. Mais en grandissant, leurs apprentissages vont évoluer et peut être que je m’intéresserais davantage à l’enseignement en primaire. Et si ce n’est pas le cas, je renoncerais à devenir maitresse d’école. Personnellement, j’ai du mal à comprendre qu’il n’y ait qu’un seul concours pour la maternelle et la primaire. Ça n’a quand même rien avoir ! Ou alors je ne suis pas faite pour enseigner !

Il me reste donc plus qu’à chercher un poste dans mon secteur initial, la communication digitale. Je vous avoue ne pas être franchement réjouie. C’est un métier que j’ai adoré, mais mes centres d’intérêt ont évolué. Et bon le digital est un milieu où tout change très vite, donc après une pause professionnelle de 3 ans, je me sens assez à la ramasse. Heureusement, mon blog et mon compte Instagram m’ont permis de remettre un pied dedans. Mais c’est vrai que je m’épanouis tellement dans mon rôle de mère au foyer. Ça fait 3 ans et je m’épanouis comme au premier jour. Car au fur et à mesure que les enfants grandissent, les occupations aussi. Et avec deux rapprochés, on a pas le temps de s’ennuyer ! Sans compter que je pratique le co-schooling et je tiens un blog, deux activités qui me passionnent et dans lesquelles je m’épanouis complètement. Bien que cela soit incompréhensible aux yeux de ma famille ! Pour elle, mon épanouissement personnelle ne peut pas se faire à travers mes enfants. Et pourtant si, en tout cas pour le moment. Après je pense que mon parcours difficile pour avoir Mila et mes très mauvaises expériences professionnelles (au point que j’ai fini par me dire que je n’étais pas faite pour le monde du travail) ont aussi joué dans le fait que je me sente vraiment à ma place dans mon rôle de mère au foyer. Mais financièrement, je ne peux plus me permettre ce luxe de rester à la maison.

Je croise donc les doigts pour trouver un travail à proximité de mon domicile, assez bien payé, dans lequel je m’épanouisse et qui soit conciliable avec la vie de famille à laquelle j’aspire (avoir du temps à consacrer à mes enfants chaque jour). Vous croyez que c’est possible ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s