Bilan de mon premier trimestre de grossesse

Il y a encore quelques mois vous m’auriez demandé si j’aime être enceinte, je vous aurais répondu « J’adore ça!!! ». Mais c’est qu’on oublie vite ce que c’est une grossesse et surtout un premier trimestre ! C’est comme la naissance, elle vous fait oublier rapidement l’accouchement, aussi douloureux soit-il. Et heureusement car sinon on s’arrêterait à un enfant! Mais en fait, je vous le dis tant que le premier trimestre n’est pas encore un lointain souvenir : je déteste être enceinte !!! Et je vous écris cet article deux semaines après la fin de mes symptômes donc là je commence à être en mode « la vie est belle »!!!

J’ai attendu ma première grossesse pendant 4 ans et elle fut horrible ! Premier trimestre : nausées permanentes et fatigue extrême. Contractions dès le 3ème mois. Alitée dès le 5ème mois. Cette grossesse que j’avais tant attendue, je n’ai pas pu en profiter. Mais je l’ai tellement désiré que lorsqu’on me demandait si j’aimais être enceinte je répondais oui (et dans un sens qui y ‘a-t-il de plus beau que de porter la vie, sentir ce petit être en devenir grandir en soi). Pour ma deuxième grossesse, j’ai à nouveau été malade tout le premier trimestre avec des nausées permanentes, la fatigue et j’avais Mila qui n’avait qu’un an et je passais un concours ! Mais dès le deuxième trimestre, les nausées ont cessée et j’ai eu un regain d’énergie. J’avais été alitée pour ma première grossesse,je comptais bien profiter de cette deuxième. J’étais tellement fière de me promener partout avec mon gros ventre, j’ai pris plaisir à faire les magasins pour préparer l’arrivée de Taïs, à décorer sa chambre, à préparer ma valise de mater (je n’avais pas pu faire tout ça pour Mila). Et c’est vrai que je n’ai pas eu à me plaindre pour les deux autres trimestres de cette seconde grossesse, j’ai eu bien sûr des insomnies, des brûlures d’estomac, les désagréments de grossesse, mais j’étais tellement reconnaissante de ne pas être alitée, que je les acceptais (en même temps vous me direz je n’avais pas vraiment le choix).

Et puis il y a cette troisième grossesse. Si j’étais reconnaissante d’être enfin enceinte pour ma première grossesse, de ne pas être alitée pour ma deuxième grossesse, là si je suis objective et je prends en considération mon état je dois reconnaitre que je suis malade et limitée pendant mes grossesses et je déteste ça!!! Et encore là je suis plus mesurée dans mes propos car je suis au second trimestre et comme je vous le dis où oublie tellement vite.

Déjà ce premier trimestre a commencé dans les larmes comme je vous le racontais dans mon premier récit de grossesse. Mais le pire était à venir. J’ai commencé à avoir de fortes nausées permanentes vers la 6ème semaine. Je passais mon temps allongée car dès que j’étais debout ou même assise j’avais envie de vomir. Pour moi qui suit très active, ce sentiment d’être limité est juste horrible à vivre. Pour atténuer les nausées, je grignotais un peu toute la journée (résultat en 1 mois j’avais pris 4kg !). Mais à côté de ça tout m’écœurait. Rien que d’ouvrir le frigo ou de m’imaginer préparer le repas, j’avais la nausée. Il n’y a rien de pire qu’avoir des nausées à mon goût. Je peux vous dire que mes enfants n’ont franchement pas été gâtés au niveau des repas pendant 3 mois quand leur père travaillait! Heureusement que mes parents n’habitent pas loin, ils ne m’ont jamais autant vu ! Les médicaments prescrits par mon gynéco ne me faisaient rien, tout comme pendant mes deux premières grossesses. Et puis, à la pharmacie, on m’a parlé du gingembre qui était apparemment efficace. J’ai donc essayé les gélules de gingembre Arkopharma puis ensuite Nausélib (à un moment où ils n’avaient plus les autres) et j’avoue que ça m’a vraiment soulagé. En même temps, je prenais Vogalène que m’avait prescrit mon médecin traitant. Vers la fin du premier trimestre, je ne prenais que le gingembre et c’était suffisant. Les nausées se sont enfin arrêtées vers la 12ème semaine. En plus des nausées, je ressentais une extrême fatigue. Dès que mon conjoint rentrait à la maison, je passais en mode loir. Si j’avais pu, j’aurais passer mon temps à dormir, je ne rêvais que de ça. Et pourtant les gens qui me connaissent savent que je ne dors pas beaucoup et encore moins en journée ! J’avais l’impression d’être un zombie, de dépérir à vue d’œil. Vous savez comme Bella dans Twilight quand elle est enceinte, à mesure que son bébé grandit, elle est vidé de toute son énergie et maigrit (bon moi par contre je grossissais). J’étais très pâle, j’avais les traits tirés, des cernes pas possibles, les cheveux ternes, mon nombre de cheveux blancs a dû doubler (heureusement que j’en avais moins d’une dizaine à la base!). J’ai pris 5 ans en quelques semaines ! Je me laissais complètement aller niveau vestimentaire. J’ai vraiment honte quand je repense à mon allure. Surtout qu’au premier trimestre, les gens ne savent pas que vous êtes enceinte. Moi, mon ventre s’est vu tout de suite mais je le cachais car avec mon conjoint on préfère attendre les 3 mois pour l’annoncer (à part dans notre entourage très proche).  Je devais donc passer pour la mère au bout de sa vie et dépressive. C’était presque ça ! Mon état de santé et mon aspect physique ont énormément joué sur mon moral.  Je ne me souviens pas avoir ressenti ça pour mes deux premières grossesses. Mais avec deux enfants (en bas âge), c’est vraiment compliqué d’être autant malade. Car eux avaient besoin de moi mais moi, j’ai honte de le dire mais c’est vraiment ce que je ressentais, je ne voulais pas les voir! Je n’avais pas envie de me lever le matin pour les préparer, d’emmener Mila à l’école, de m’occuper de Taïs, de les faire manger, de faire des activités avec eux, de leur faire le bain, de les coucher. Je ne voulais qu’une chose : me mettre sous ma couette et me réveiller au second trimestre. J’avoue qu’il m’est arrivé de m’endormir alors que je m’occupais des enfants. Une fois c’est même Mila (3 ans) qui a fait goûter son petit frère (20 mois) car je n’en avais absolument pas la force. Et elle avait tout nettoyé ensuite.  Rien que d’écrire ces mots je suis émue car je suis fière d’elle et en même temps je m’en veux. Les enfants n’ont rien demandé et doivent subir cette grossesse. Je ne voulais pas non plus penser au bébé. C’est horrible de dire ça, surtout que je sais ce que c’est que de désirer un enfant plus que tout au monde, mais je n’en voulais même plus. Quand je pensais au bébé, la seule chose qui me venait à l’esprit c’est la fatigue qu’il allait me donner quand il serait là. Et j’étais déjà tellement fatiguée. Mais que ce petit être se rassure, maman l’a toujours aimé mais elle était juste incapable de le montrer. Mais elle va se rattraper 😉 Outre les nausées et la fatigue, n’oublions pas les insomnies !!! J’en ai eu très tôt. Comme pour mes deux premières grossesses, je fais notamment beaucoup de cauchemars liés à des angoisses. Pour combler le tout, j’ai eu une bronchite de plus de 2 semaines et ensuite une sinusite de deux semaines. J’ai cru que j’allais mourir ! Il s’agit de mon diagnostic car je ne suis pas allée au médecin. J’en avais pas la force et en étant enceinte, je n’aurais sûrement rien eu comme traitement.

Cette période a aussi été difficile à vivre pour les enfants, notamment pour Mila qui ne comprenait pas pourquoi j’étais tout le temps malade. Elle nous a fait une passade d’énormes crises très difficiles à gérer. Elle se débattait en me frappant, elle s’opposait systématiquement à moi, une fois elle a refusé d’aller à l’école et j’ai plié ! Et je n’avais absolument pas la patience et la bienveillance nécessaire pour l’accompagner. Les cris et les mots durs ont été ma réponse. Ce qui n’a rien amélioré bien au contraire. A deux mois, on a décidé d’annoncer la grossesse aux enfants. Mon ventre se voyait de plus en plus et je voulais que Mila comprenne pourquoi maman était malade et aussi qu’elle me ménage davantage. Elle n’a pas réagit au moment où on lui a dit, elle s’est juste blottie dans mes bras. Quelques minutes plus tard, elle est venue me voir et m’a demandé si j’avais un bébé dans le ventre, a touché mon ventre et a commencé à parler du bébé. Puis pendant quelques jours, elle me demandait chaque matin si j’avais un bébé dans le ventre et s’imaginait en grande sœur. Elle est vraiment ravie et impatiente que le bébé soit là. Elle veut absolument une petite sœur. Mais on lui a bien fait comprendre que l’on ne peut pas choisir. Elle nous a dit qu’elle l’aimera quand même et s’en occupera même si c’est un garçon. Depuis quelques temps, Taïs touche le ventre en disant bébé et fait des bisous, mais il ne comprend pas encore. Si les tensions se sont calmées pendant un temps, Mila a recommencé récemment ses crises (en moins violent). J’ai encore répondu par les cris. Sauf que j’ai commencé à avoir des douleurs au nerf sciatique et au ventre. Les douleurs au ventre sont désormais présentes dès que je m’énerve, suis stressée ou fatiguée. Je redoute des contractions. On verra bien lors de la prochaine échographie.  Mais il faut vraiment que j’arrête de crier et me ménager davantage pour mon bien-être mais aussi pour une plus grande sérénité à la maison.

Histoire de rajouter un peu de piment à ce premier trimestre, il a fallut que je fasse deux fois la prise de sang de la trisomie 21. Histoire de bien angoisser! J’ai pas tout compris mais mon taux était de 950 et il faut 1000 pour une fiabilité à 100% des résultats. Et une semaine après ma 2ème prise de sang, le secrétariat de mon gynécologue me rappelle pour refaire un examen complémentaire ! Et au final le jour du rendez-vous, on me dit que c’est une erreur, le secrétariat a fait un doublon de rendez-vous ! Heureusement qu’ils ne m’ont pas fait déplacer pour rien quand j’étais malade, j’aurai pété un câble !

Ce premier trimestre aura donc été très difficile à vivre. Du coup j’ai pris une décision dont je vous parlerai dans un prochain article.

En attendant, je vais mieux : je n’ai plus de nausées et j’ai un regain d’énergie. Je revis! Je profite des joies de la grossesse (si si il y en a, je rassure celles qui n’en ont pas encore vécu, l’idée n’étant pas de vous écœurer de la chose) : arborer fièrement mon gros ventre, me sentir privilégiée, commencer à sentir bébé, me projeter dans les préparatifs de l’arrivée de bébé, imaginer notre vie future à 5, me languir de rencontrer ce nouvel amour…

Et vous, comment s’est passé votre premier trimestre ? votre grossesse ?

2 réflexions sur “Bilan de mon premier trimestre de grossesse

  1. Waouh ! ça a vraiment dû être éprouvant ! Heureusement que c’est ta troisième fois, ça t’a peut-être aidé de savoir que bientôt certains symptômes disparaîtraient et que des moments merveilleux arriveraient !
    Moi mon premier trimestre avait été plutôt soft comparé à d’autres. Des nausées mais pas tant. Par contre une grosse fatigue chronique et de l’hyper salivation qui m’a vraiment embêtée quelques semaines !

    J'aime

  2. Ping : Troisième et dernière grossesse – Ma vie trépidante de maman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s